Séminaire « Penser les crises »

Enjeux contemporains. Penser les crises

Un séminaire de l’Institut des études internationales de la Faculté des sciences sociales, Université Charles de Prague et du CEFRES

Organisateurs : Maria Kokkinou (post-doctorante CEFRES / Université Charles), Jérôme Heurtaux (CEFRES)
: En ligne, sur inscription. Contactez les organisateurs maria.kokkinou(@)cefres.cz
Quand : Premier semestre 2020-2021 : le mercredi de 12h30 à 13h50
Langue : français

Présentation du séminaire :

La crise a le vent en poupe : l’apparition et la diffusion extensive de la Covid-19 en 2020 a redonné à cette notion une actualité globale, qu’elle n’avait plus eu depuis la crise financière de 2009. En dehors de ces moments spectaculaires d’effervescence à l’échelle de la planète, on ne compte plus les événements ou les phénomènes qui sont qualifiés de crise.

Concept-valise de la modernité, la « crise » (pré)occupe nos sociétés dans toutes ses dimensions. Les usages polysémiques du terme et sa très forte actualité nous incitent à revenir sur ce concept, ses significations et ses usages. C’est à cette tâche qu’est consacré ce cours-séminaire, qui verra l’intervention de chercheurs de diverses disciplines, sociologie politique, histoire, histoire de l’art, anthropologie, philosophie, etc.

Quelles réalités sont-elles qualifiées de « crises » et en quoi sont-elles critiques ? Qu’est-ce qu’une crise et comment expliquer sa survenue ? Comment une crise se déroule-t-elle, quels en sont les effets et la postérité ? Pourquoi les crises suscitent-elles des conflits d’interprétation sur leur signification ? La notion de crise est-elle un opérateur central de notre modernité et une clé de compréhension des enjeux qui traversent les sociétés contemporaines ?

Programme :

Mercredi 30 septembre, 12h30-13h50
Introduction au séminaire
Maria Kokkinou, CEFRES
Jérôme Heurtaux, Université Paris-Dauphine / CEFRES

Mercredi 7 octobre, 12h30-13h50
Révolutions, crises politiques et changements de régime
Jérôme Heurtaux, Paris-Dauphine Université / CEFRES

Mercredi 14 octobre, 12h30-13h50
Crise économique et mutations politiques dans la Grèce des années 2010
Dimitrios Kosmopoulos, Université Paris-Dauphine

Mercredi 21 octobre, 12h30-13h50
Le populisme au pouvoir et la crise de la démocratie au Brésil
Felipe Fernandes, EHESS / CEFRES

Mercredi 4 novembre, 12h30-13h50
1958, 1968, 2002 : crises politiques en France
Jérôme Heurtaux, Université Paris-Dauphine / CEFRES

Mercredi 11 novembre, 12h30-13h50
Représenter le vivant : effondrement des écosystèmes et reconfiguration des savoirs
Chiara Mengozzi, Faculté des lettres, Université Charles / CEFRES
Julien Wacquez, CEFRES

Mercredi 18 novembre, 12h30-13h50
Dénoncer la crise économique par la photographie
Fedora Parkmann, Institut d’histoire de l’art, Académie tchèque des sciences / CEFRES

Mercredi 25 novembre, 12h30-13h50
Penser la crise en histoire : le cas de l’inflation
Mátyás Erdélyi, CEFRES / Université Charles

Mercredi 2 décembre, 12h30-13h50
”Here is a place that has left its place” : mémoires des vaincus, traces des crises et des guerres décoloniales
Michèle Baussant, CNRS / CEFRES

Mercredi 9 décembre, 12h30-13h50
Crise de la lecture ou révolution médiatique ?
Claire Madl, CEFRES

Mercredi 16 décembre, 12h30-13h50
Les « crises migratoires » à l’épreuve de l’histoire et de l’anthropologie
Maria Kokkinou, CEFRES / Faculté des sciences sociales, Université Charles
Florence Vychytil, EHESS / CEFRES

Mercredi 6 janvier, 12h30 – 13h50
Présentation des travaux par les étudiants

Mode d’évaluation :

Les étudiants lisent un texte par semaine envoyé à l’avance par l’enseignant. Ils préparent un texte de 5 pages en français sur « une crise », non traitée en cours, en s’appuyant sur trois sources au moins (1 source académique et 2 sources non académiques). Le devoir doit être rendu le 4 janvier 2021 et présenté oralement le 6 janvier lors de la dernière séance (5 minutes chacun).

Bibliographie :

  • Arendt, Hannah, La crise de la culture, Paris, Gallimard, 1991.
  • Dobry, Michel, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de Sciences po, 1986.
  • Gaïti, Brigitte, « Les incertitudes des origines. Mai 1958 et la Ve République », Politix, n° 47, 1999, p. 27-62.
  • Gobille, Boris, « L’événement Mai 68. Pour une sociohistoire du temps court », Annales HSS, mars-avril 2008, n° 2, p. 321-349.
  • Grossman, Evelyne, La créativité de la crise, Paris, Minuit, 2020.
  • Heurtaux, Jérôme, Pologne 1989. Comment le communisme s’est effondré, Paris, Codex, 2019.
  • Lacroix, Bernard, « La ‘crise de la démocratie représentative en France’. Éléments pour une discussion sociologique du problème », Scalpel, vol. 1, 1994, p. 6-29.
  • Morin, Edgar, « Pour une crisologie », Communications, n° 91, 2012.
  • Politix, « Protagonisme et crises politiques », n° 112, vol. 8, 2015.
  • Revault d’Allonnes, Myriam, « Comment la crise vient à la philosophie », Esprit, n° 3, mars-avril 2012/3.
  • Revault d’Allonnes, Myriam, « Hannah Arendt penseur de la crise », Etudes, n° 4153, 2011.
  • Revault d’Allonnes, Myriam, La Crise sans fin : essai sur l’expérience moderne du temps, Paris, Seuil, 2012.
  • Ricoeur, Paul, « La crise : un phénomène spécifiquement moderne », Revue de théologie et de philosophie, n° 120, 1988.
Facebooktwitterlinkedin

Centre français de recherche en sciences sociales – Prague