Archives de catégorie : Projets de recherche

La Plateforme CEFRES obtient un « Consolidator grant » du Conseil européen de la recherche (ERC)

Au terme de deux années de préparation, l’équipe « Tandem » de la Plateforme CEFRES, menée par les anthropologues Luděk Brož et Viginie Vaté, obtient le prestigieux « consolidator grant » du Conseil européen de la recherche (ERC). Ce succès illustre l’excellente qualité de la coopération franco-tchèque dans le domaine de la recherche en sciences humaines et sociales et souligne le rôle-clef joué par le Centre français de recherche en sciences sociales (CEFRES) comme incubateur de projets européens.

Luděk Brož, chercheur de l’Institut d’ethnologie de l’Académie tchèque des sciences et du CEFRES

Le Conseil européen de la recherche a publié le 10 décembre 2019 la liste des projets de recherche bénéficiant des prestigieux « Consolidator grants ». L’anthropologue Luděk Brož, chercheur à l’Institut d’ethnologie de l’Académie tchèque des sciences et au Centre français de recherche en sciences sociales (CEFRES), a obtenu un financement de 2 millions d’euros pour son projet sur les relations entre les chasseurs, les sangliers et la sécurité sanitaire.

Ce projet, monté en collaboration avec la chercheuse du CNRS Virginie Vaté, résulte de l’étroite collaboration entre le CEFRES, le CNRS, l’Académie tchèque des sciences et l’Université Charles, associés dans la « Plateforme CEFRES » dont la convention a été prolongée le 6 novembre dernier. Lauréats de la première équipe « Tandem », Luděk Brož et Virginie Vaté ont préparé ce projet pendant deux ans (2018-2020), monté un réseau international et organisé plusieurs événements scientifiques internationaux.

La médecine vétérinaire, la chasse et les sangliers sont au centre de ce projet de recherche. Durant les cinq prochaines années, Luděk Brož étudiera avec son équipe les conflits engendrés tout d’abord par la prolifération des sangliers en Europe puis par les risques de contagion de la peste porcine africaine.

Colloque international „Emigrating Animals and Migratory Humans: Belonging, Prosperity and Security in More-Than-Human World“ organisé les 10 et 11 septembre 2019 au CEFRES (Prague). De gauche : Jérôme Heurtaux, directeur du CEFRES, Virginie Vaté, chercheuse CNRS / CEFRES, Giovanna Capponi, post-doctorante du programme „Tandem“.

La peste porcine africaine est considérée comme l’une des plus graves maladies animales de notre temps. Si elle ne se transmet pas à l’homme, elle entraîne la mort des cochons qui la contractent, qu’ils soient sauvages ou domestiques. Son virus très résistant se transmet relativement facilement par contact direct avec un animal atteint, avec leur cadavre ou leurs humeurs. Aucun vaccin n’existe encore contre cette maladie qui menace les élevages du monde entier et par conséquent les économies de nombreux pays.

C’est à partir de la Géorgie en 2007 que la maladie s’est diffusée vers l’Europe et vers l’Asie. Elle est aujourd’hui répandue depuis la Chine jusqu‘à la Pologne et a déclenché des transformations géopolitiques. L’an passé, la Pologne envisageait d’élever une clôture le long de sa frontière avec l’Ukraine et la Biélorussie ; le Danemark termine actuellement la construction d’une palissade sur sa frontière avec l’Allemagne. Comme le note Luděk Brož, „au nom de la sécurité sanitaire, trente ans après le démantèlement du rideau de fer, des grillages apparaissent sur les frontières à l’intérieur de l’espace Schengen“.

Dans le cadre de ce projet, Luděk Brož s’intéressera à l’impact de cette menace sur la communauté des chasseurs. En Europe, ce sont sept millions de chasseurs, le plus souvent amateurs, qui cherchent aujourd’hui, en dialogue avec l’épidémiologie vétérinaire, à redéfinir leur rôle et à renouveler les termes de leur acceptabilité.

D’après son auteur, le projet „ouvre de nouvelles perspectives empiriques et théoriques sur le phénomène de la chasse“ parce que la menace que représente la peste porcine africaine a transformé les sangliers en „cheval de Troie“ qui porte la contagion sur tout le continent européen. Dans ce contexte, la concurrence entre l’homme et le sanglier pour la maîtrise du territoire et de ses ressources se transforme en guerre au sanglier avec ses abattages massifs, ses zones fermées et ses clôtures frontalières“.

Le programme biannuel de la plateforme CEFRES nommé Tandem a servi d’incubateur au projet. Il associe deux chercheurs, un de l’Académie tchèque des sciences et un du CNRS, pour la préparation d’un projet ambitieux.

L’Université Charles renforce l’équipe par le financement d’un post-doctorant. En 2020, une nouvelle équipe Tandem s’installera au CEFRES pour deux ans et réunira Michèle Baussant, anthropologue, directrice de recherche au CNRS et spécialiste des migrations, Johana Wyss, docteure de l’Université d’Oxford et anthropologue à l’Académie tchèque des sciences et Maria Kokkinou, post-doctorante. Leur projet intitulé « The Europe of Resentment. A Confederation of the Vanquished » étudiera les pratiques mémorielles de plusieurs minorités nationales et populations déplacées en Europe, suite à une guerre ou la décolonisation. Ce projet s’inscrit parfaitement dans la politique scientifique du CEFRES. Il fait également écho à l’actualité des migrations contemporaines en Europe.

Découvrez pour plus d’informations :

https://boar.hypotheses.org

Archives et interculturalité

L’axe de travail de l’équipe « Archives et interculturalité » se donne comme objet de comprendre la philosophie contemporaine à partir de l’étude de ses documents manuscrits et archives. Quelle est la part jouée par l’écriture dans les processus de création conceptuelle ? Cette approche permet de repérer les ancrages existentiels et historiques de l’ensemble varié de pratiques de pensée qu’on appelle « philosophie », et de mieux en comprendre, ainsi, les textes et les idées, ainsi que son ancrage dans les horizons culturels qui l’ont marquée.

Continuer la lecture de Archives et interculturalité

Déroutant sanglier : une cosmopolitique changeante de la chasse en Europe et au-delà

Un project mené dans le cadre du programme TANDEM développé par l’Académie tchèque des sciences, l’Université Charles et le CEFRES/CNRS réunis au sein de la Plateforme de coopération et d’excellence en sciences humaines et sociales

Les porcs sauvages eurasiens (Sus scrofa), dont la population a spectaculairement augmenté sur tout le continent, s’invitent régulièrement dans le discours public européen. Si cette espèce synanthropique suscite désormais ici ou là la sympathie, dans d’autres contextes les humains ont déclaré la guerre aux sangliers pour les dégâts qu’ils infligent aux paysages, à l’agriculture, aux réseaux de communication, etc. Il s’agit d’interroger les modes d’intégration du porc sauvage eurasien dans la vie des humains et vice versa,  dans des contextes socio-environnementaux aux évolutions dynamiques. Notre recherche empruntera deux voies :

Continuer la lecture de Déroutant sanglier : une cosmopolitique changeante de la chasse en Europe et au-delà

La ritualisation des commémorations des soulèvements anti-nazis en Europe centrale

Le but de notre projet est d´analyser les célébrations et la commémoration des soulèvements anti-nazis en Europe centrale dans les années 1945-60. Il s´agit de l´Insurrection du ghetto de Varsovie (1943), l´Insurrection de Varsovie (1944), l´Insurrection national slovaque (1944) et l´Insurrection de Prague (1945). L´Institut d´histoire de l´Académie des sciences de Slovaquie (Michal Kšiňan, Miroslav Michela), l´Institut d´histoire tchèque de la Faculté des lettres de l´Université Charles (Eva Palivodová, Jan Randák, Miroslav Michela), le Musée du Soulèvement de Varsovie (Michał Wójciuk, Paweł Ukielski) et le CEFRES (Françoise Mayer, Michal Kšiňan) coopèrent dans le cadre de ce projet international. Continuer la lecture de La ritualisation des commémorations des soulèvements anti-nazis en Europe centrale

Savoirs scientifiques et modes de construction des minorités nationales en Europe centrale (MAEE)

Savoirs scientifiques et modes de construction des minorités nationales en Europe centrale

Responsable scientifique : Christian JACQUES, Docteur en Etudes germaniques, Maître de conférences à l’Université de Strasbourg, Chercheur associé au CEFRES.

Collaborateurs du projet : Pauli BAUER, Doctorant en géographie à l’EHESS, attaché au CEFRES ; Mathieu PLESIAT, Docteur en sociologie, Post-doctorant au CEFRES.

Mise en œuvre du projet prévue pour l’année 2009-2010.

Continuer la lecture de Savoirs scientifiques et modes de construction des minorités nationales en Europe centrale (MAEE)

Action locale et développement territorial en Europe centrale (ANR)

L’introduction d’un nouveau modèle de développement territorial, fondé sur une démarche ascendante, est un processus entièrement nouveau dans les Etats d’ Europe centrale qui ont autrefois appartenu au système communiste. Le processus d’ européanisation en cours joue un rôle de catalyseur dans la transmission de ce modèle de développement endogène qui mise sur la valorisation des atouts propres à chaque territoire et la mobilisation des initiatives portées par les acteurs décentralisés. Continuer la lecture de Action locale et développement territorial en Europe centrale (ANR)