Archives de catégorie : L’équipe du CEFRES

CEFRES Mobility Grants Winners – Year 2020-2021

The interdisciplinary selection jury of the CEFRES mobility grants auditioned 12 candidates on May 27, 2020. It congratulates all the candidates for the high quality of their file and their hearing.

After deliberating, the jury have decided as follows:

Platform CEFRES Grants
  • Ekaterina Zheltova (Charles University, FSV): Between the Northern Epirus and Chameria: Political, cultural, and linguistic imaginaries in the Albanian-Greek borderlands
Young Fellows Grants
  • Felipe Kaiser Fernandes (EHESS): Le marché au quotidien : les défis d’une ethnographie du « marché »
  • Mert Kocak (CEU): Transnational Governance of Displacement, Sexuality and Gender Identity: UNHCR as the Main Actor in Creating a Legal Basis for Asylum-Seeking for LGBT Refugees in Turkey
Waiting list
  • 1. Nikola Ludlová (CEU): Roma as an Object of Science and State Polices. Knowledge and Citizens in the Making in Post-war Czechoslovakia, 1945–1989
  • 2. Véronique Gruca (Univ. Paris-Nanterre): Chamanisme, mort et mines en Mongolie post-communiste
The following candidates are proposed to become « associated fellows » to CEFRES for the year 2020-2021:
  • Adrien Beauduin (CEU): Réarticulations de genre, sexualité, race et classe dans la droite radicale
    populiste en Tchéquie et en Pologne
  • Véronique Gruca (Univ. Paris-Nanterre): Chamanisme, mort et mines en Mongolie post-communiste
  • Lukáš Kotyk (Charles University, FSV): Nonhierarchical Model of Project Governance
  • Nikola Ludlová (CEU): Roma as an Object of Science and State Polices. Knowledge and Citizens
    in the Making in Post-war Czechoslovakia, 1945–1989
  • Tereza Sedláčková (Charles University, FSV): Multiple bodies in the context of vaccination as a medical practice

Jérôme Heurtaux : CV et recherche

Directeur du CEFRES

CV : Document PDF

Contact : jerome.heurtaux@cefres.cz

Jérôme Heurtaux est détaché au MEAE et directeur du Centre français de recherche en sciences sociales (CEFRES) à Prague depuis septembre 2018. Maître de conférences à l’Université Paris-Dauphine depuis 2008, il propose une sociologie politique des changements de régime, en particulier en Europe centrale (Pologne) et au Maghreb (Tunisie). Il a été chercheur à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) à Tunis entre 2013 et 2017. Il a également enseigné et travaillé à Varsovie comme coordinateur de l’atelier de sciences sociales de l’EHESS. Entre 2016 et 2018, il a fondé et coordonné l’école doctorale itinérante en sciences sociales en Afrique du Nord – Afrique sub-saharienne. Il a participé comme core researcher au projet ERC (advanced grant) « TARICA » ainsi qu’au projet « EUNPACK » (Horizon 2020). Il collabore régulièrement avec l’Organisation internationale de la francophonie.

Continuer la lecture de Jérôme Heurtaux : CV et recherche

300 jours de détention pour Fariba Adelkhah

Nous sommes confinés depuis 20 jours. Fariba Adelkhah, chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po Paris, est en prison depuis 300 jours en Iran. En affichant son visage sur le site des institutions universitaires et des équipes de recherche d’Europe et d’ailleurs, nous voulons manifester le soutien de la communauté scientifique et inciter le gouvernement à tout mettre en œuvre pour sa libération.

Fariba est en danger. Nous devons agir d’urgence pour elle.

©Stéphanie Samper

Michèle Baussant : Recherche et CV

Mémoires des minorités vaincues dans l’Europe postimpériale

Axe de recherche 1 Déplacements, « dépaysements » et divergences. Personnes, connaissances et pratiques

Contact : michele.baussant@cnrs.fr

Michèle Baussant est anthropologue, directrice de recherches au CNRS, après des études à l’Université Paris Nanterre, puis un post doctorat au Canada, entre 2003 et 2005, à l’Université Laval (Québec). Ayant une formation universitaire en histoire et en anthropologie, son parcours croise, depuis ses débuts, une perspective anthropologique articulée à d’autres approches disciplinaires (histoire, sociologie politique, géographie, digital humanities…) et une vision comparative et connectée de ses différents terrains qui lui permettent de penser sa thématique principale de recherche : le rôle de la mémoire comme ressource pour d’un côté créer des solidarités fondées sur un passé vécu et/ou transmis, et de l’autre, produire des mécanismes de rejet, d’exclusion et de désaffiliation. Ce parcours se caractérise ainsi par la continuité de ses terrains d’enquête, de l’Algérie dans ses liens avec la France, à l’Égypte et au Liban et enfin aux espaces israélo-palestiniens.

Continuer la lecture de Michèle Baussant : Recherche et CV

Johana Wyss : Recherche et CV

Mémoires des minorités vaincues dans l’Europe postimpériale

Axe de recherche 1 – Déplacements, « dépaysements » et divergences. Personnes, connaissances et pratiques

Contact : johana.wyss@gmail.com

Johana Wyss est chercheuse associée au CEFRES et à l’Institut d’ethnologie de l’Académie tchèque des sciences depuis Février 2020. Actuellement, elle travaille avec Michèle Baussant sur le projet TANDEM « Europe : une confédération rancunière des peuples vaincus ? Souvenirs bruts et caducs des minorités post-impériales (européennes) ». Elle est également membre de recherche du réseau V4 de l’Institut Max Planck d’anthropologie sociale à Halle/Saale dans le cadre de son projet postdoctoral « Mémoire et commémoration en Silésie tchèque ».

Continuer la lecture de Johana Wyss : Recherche et CV

Mátyás Erdélyi : Recherche et CV

Assurance, banque et modernité capitaliste dans la dernière monarchie des Habsbourg

Axe de recherche 1 :  Déplacements,  » Dépaysements  » et divergences 

Contact : matyas.erdelyi(@)cefres.cz

Mátyás Erdélyi explore l’histoire sociale et intellectuelle des clercs privés dans la monarchie disparue des Habsbourg : leur lutte pour la légitimation sociale, l’autorité intellectuelle et l’identité de classe moyenne entre les années 1860 et le début de la Première Guerre mondiale. Il étudie les pratiques bureaucratiques et la production de connaissances dans le domaine des banques et des assurances à Prague, Vienne et Budapest. Il examine en partiuclier la façon dont les agents, dans les prémices d’un environnement urbain capitaliste, ont négocié et renégocié les questions d’intérêt public et ont conduit à définir ce qui pouvait être qualifié de bien public. Il pose la question de savoir pourquoi et qui a donné un sens à des problèmes sociaux jusqu’alors inexistants, et comment les agents de l’économie privée ont essayé d’assurer et de monopoliser l’autorité sociale contre la concurrence des étrangers et des experts. La raison d’être de cette recherche est de fournir un récit alternatif au processus de modernisation et d’enrichir notre compréhension de la modernité capitaliste à travers l’histoire d’un groupe social marginalisé.

Continuer la lecture de Mátyás Erdélyi : Recherche et CV