Tous les articles par Cefres

Approche interdisciplinaire sur la littérature de science-fiction

Andrew Lincoln Nelson, « Plantimal 4 », 2016

Horaire et lieu : tous les jeudi à 9h10, salle C17, département de sociologie de l’Université Charles (Celetná 13, Praha 1)
Enseignant : Julien Wacquez (CEFRES / EHESS, Paris)
Langue : anglais

Au cours des dernières décennies, les spécialistes de sciences humaines et sociales ont manifesté un intérêt grandissant pour la littérature de science-fiction. Contrairement à la plupart des études d’ensemble sur cette littérature, nous envisagerons dans ce cours la science-fiction non pas seulement comme un objet d’investigation (est-il possible d’englober l’immense diversité des fictions publiées sous la dénomination ‘science-fiction’ dans sa totalité ? Peut-on la considérer uniquement en tant que « littérature », ou devons-nous aussi l’envisager comme une « culture », voire un « mouvement social » ? Quelle est sa relation à la science ?) , mais aussi comme un domaine avec lequel nous pouvons penser, un outil permettant de créer de nouveaux concepts, afin de mieux comprendre notre réalité.

Tout au long de ce semestre, et à travers le prisme de la littérature de science-fiction, nous explorerons un vaste ensemble de thèmes actuels et décisifs, sur lesquels travaille un large pan de la recherche en sciences humaines et en sciences sociales tels que : l’anthropocène, le féminisme, le post-humanisme, le postcolonialisme, la science, la technologie.

Pour chaque cours, deux sortes de textes sont à lire: 1) une étude par un.e universitaire (ou deux) utilisant la narration issue de la science-fiction dans son approche théorique, et 2) un roman de science-fiction permettant de penser un thème donné (les animaux, les dynamiques de genre, le changement climatique, etc.). Nous examinerons comment ces universitaires envisagent ces fictions et quelle place, ou fonction, elles et ils accordent à celles-ci dans leurs travaux. Cette approche nous permettra d’envisager deux axes de réflexion:

(i) Que pouvons-nous tirer de la littérature de science-fiction à travers son utilisation par des universitaires venant de diverses disciplines ?
(ii) Que pouvons-nous apprendre au sujet des recherches scientifiques de cette manière de lire la littérature de science-fiction? Quel intérêt à lire de la science fiction en tant que chercheur travaillant sur l’anthropocène, le féminisme, le postcolonialisme ?

Considérant que l’un des objectifs de ce cours est également de présenter la science fiction à des étudiant.es n’étant pas familier.es de ce genre narratif, nous nous concentrerons en grande partie sur des oeuvres classiques et auteurs célèbres (Karel Čapek, Philip K. Dick, William Gibson, Ursula K. Le Guin, Olaf Stapledon, H. G. Wells), tirés de différents sous-genres (hard science-fiction, cyberpunk, space opera, climate fiction), du XIXe siècle à aujourd’hui. Ce cours a également pour but de fournir aux étudiant.es en sciences humaines et sociales les outils nécessaires afin qu’elles et ils puissent entreprendre leurs propres recherches en science fiction.

Validation:

– Participation aux cours (20 % de la note finale). Les étudiants sont fortement encouragés à assister à toutes les séances.
– Chaque étudiant devra proposer une courte présentation des lectures demandées (10 minutes). Les présentations doivent contenir un résumé des textes, appuyé par une analyse critique. (35 % de la note finale)
– Un devoir écrit de fin de semestre. (50 % de la note finale)

Michèle Baussant : Recherche et CV

Mémoires des minorités vaincues dans l’Europe postimpériale

Axe de recherche 1 Déplacements, « dépaysements » et divergences. Personnes, connaissances et pratiques

Contact : michele.baussant@cnrs.fr

Michèle Baussant est anthropologue, directrice de recherches au CNRS, après des études à l’Université Paris Nanterre, puis un post doctorat au Canada, entre 2003 et 2005, à l’Université Laval (Québec). Ayant une formation universitaire en histoire et en anthropologie, son parcours croise, depuis ses débuts, une perspective anthropologique articulée à d’autres approches disciplinaires (histoire, sociologie politique, géographie, digital humanities…) et une vision comparative et connectée de ses différents terrains qui lui permettent de penser sa thématique principale de recherche : le rôle de la mémoire comme ressource pour d’un côté créer des solidarités fondées sur un passé vécu et/ou transmis, et de l’autre, produire des mécanismes de rejet, d’exclusion et de désaffiliation. Ce parcours se caractérise ainsi par la continuité de ses terrains d’enquête, de l’Algérie dans ses liens avec la France, à l’Égypte et au Liban et enfin aux espaces israélo-palestiniens.

Ses recherches s’inscrivent dans le champ des études mémorielles, à partir de l’approche anthropologique qui a, dès ses fondements, envisagé la mémoire, en tant que pratique, discours, processus et contenu, comme une partie intégrante de la discipline. Depuis 1993 jusqu’à aujourd’hui, son travail envisage cette problématique sous un angle spécifique, celui des déplacements multiples des populations constituées pour tout ou partie de migrants venus dans des pays d’islam lors de la formation des empires coloniaux européens des 19ème et 20èmes siècles puis dispersées, après les indépendances, hors de ces pays. Cette focale lui a permis ensuite de conduire, en y adjoignant d’autres terrains, une réflexion plus large sur la figure du tiers-exclu et des perdants de l’histoire qu’elle développe dans le cadre du programme TANDEM mené avec Johana Wyss. Il questionne les legs impériaux de l’ancienne Europe, en incluant dans une perspective connectée les différentes formes d’empires – intra-européens et extra-européens – qui ont façonné les imaginaires et les espaces actuels de la « nouvelle Europe ».
Ce projet s’inscrit dans le fil des projets qu’elle a coordonné ou qu’elle coordonne, dont l’ANR MRSEI Silenced pasts: memories and representations of the past in migratory and collapsed societies, le programme Disrupted histories, recovered pasts/Histoires perturbées, passés recouvrés, financé conjointement par l’AHRC (GB), Labex Passés dans le présent /Pasts in the present (France) (PI : Sian Sullivan Bath University et Michèle Baussant, CNRS).

CV

Direction d’ouvrage

  • 2018 : Baussant, Michèle, Chauliac, Marina, Gensburger Sarah et Venel Nancy (dir.), Ethnographie de la mémoire. De Villeurbanne à Valparaiso Territoires, terrains et échelles d’observation, Nanterre, Presses de l’Université de Paris Ouest

Direction de numéros de revue

  • 2018 : Baussant Michèle, Miccoli Dario et Schely-Newman Esther, 2020, Israel : a diaspora of memories, special issue of Quest (n°16), http://www.quest-cdecjournal.it/ Basset Karine, Baussant, Michèle, Utopies, nostalgies : approches croisées, Revue Conserveries mémorielles,
  • 2018 : Baussant Michèle, Foscarini Giorgia, Memories at stake: Sharing stories and exchanging experiences, Revue Ethnologies,

Publications

  • 2020 : Baussant Michèle , 2020, “Who gave you the right to abandon your prophets?” : Jewish sites of ruins and memory in Egypt,in Baussant Michèle, Miccoli Dario et Schely-Newman Esther, Israel : a diaspora of memories, special issue of Quest (n°16), http://www.quest-cdecjournal.it/
  • 2018 : Baussant Michèle, Foscarini Giorgia, « Memories at stake : Sharing stories and exchanging experiences », Revue Ethnologies, 39-2, p.3-29. (en anglais et en français)
  • 2018 : Basset Karine, Baussant, Michèle, « Utopies, nostalgies : approches croisées/ Utopia and nostalgia : at the crossroads of the present times », Revue Conserveries mémorielles, 22 (en anglais et en français) 

Chapitres d’ouvrages

  • 2019 : Baussant Michèle, « Ce que les sciences sociales nous disent de la mémoire », in Anne de Mathan et Laurent Le Gall, Mémoires de la révolution française, Rennes, Presses universitaires de Rennes (sous presse).
  • 2018 : Baussant, Michèle, « Broken Histories, Silenced memories and reappropriations of the past: The Jews from Egypt and from islamic countries », in Anne BAZIN et Catherine PERRON (dir.), How to address the loss? Forced migrations, lost territories and politics of history in Germany and in Europe in the XXth century, Oxford, Peter Lang, p.179-198.
  • 2018 : Baussant, Michèle, « Marginalisation sociale, marginalisation territoriale : ancrer la mémoire dans les lieux d’un « patrimoine negatif » », in Baussant, Michèle, Chauliac, Marina, Gensburger Sarah et Venel Nancy (dir.), Ethnographie de la mémoire. De Villeurbanne à Valparaiso Territoires, terrains et échelles d’observation, Nanterre, Presses de l’Université de Paris Ouest, p.95-98.
  • 2018 : Baussant, Michèle, « Un territoire disparu : quels acteurs en gardent la mémoire ? L’exemple des Juifs d’Egypte », in Baussant, Michèle, Chauliac, Marina, Gensburger Sarah et Venel Nancy (dir.), Ethnographie de la mémoire. De Villeurbanne à Valparaiso Territoires, terrains et échelles d’observation, Nanterre, Presses de l’Université de Paris Ouest, p.153-170.
  • 2018 : Baussant, Michèle, Chauliac, Marina, Gensburger Sarah et Venel Nancy (dir.), « Les terrains de la mémoire. Approches croisées à l’échelle locale », in Baussant, Michèle, Chauliac, Marina, Gensburger Sarah et Venel Nancy (dir.), Ethnographie de la mémoire. De Villeurbanne à Valparaiso Territoires, terrains et échelles d’observation, Nanterre, Presses de l’Université de Paris Ouest, p.9-20.

Johana Wyss : Recherche et CV

Mémoires des minorités vaincues dans l’Europe postimpériale

Axe de recherche 1 – Déplacements, « dépaysements » et divergences. Personnes, connaissances et pratiques

Contact : johana.wyss@gmail.com

Johana Wyss est chercheuse associée au CEFRES et à l’Institut d’ethnologie de l’Académie tchèque des sciences depuis Février 2020. Actuellement, elle travaille avec Michèle Baussant sur le projet TANDEM « Europe : une confédération rancunière des peuples vaincus ? Souvenirs bruts et caducs des minorités post-impériales (européennes) ». Elle est également membre de recherche du réseau V4 de l’Institut Max Planck d’anthropologie sociale à Halle/Saale dans le cadre de son projet postdoctoral « Mémoire et commémoration en Silésie tchèque ».

Johana a complété sa recherche doctorale à l’Université d’Oxford en 2018 avec une thèse intitulée Silesian Identity: The Interplay of Memory, History and Borders. Elle a fourni un compte rendu ethnographique de l’identité (ou des identités) contemporaine de la Silésie opavienne et de ses négations. Elle s’intéresse en particulier à la manière dont l’identité silésienne est négociée par divers acteurs sociaux dans et entre la ville d’Opava, habitée par « Císaráci », et la zone voisine de Hlučín, habitée par « Prajzáci ». Les représentations concurrentes de la Silésie et les reconstructions concurrentes du passé qui y sont liées ont été examinées à travers le cadre théorique de Gerd Baumann du « discours dominant contre démotique » et du « patrimoine difficile » de Sharon Macdonald.

Au cours de l’année universitaire 2017-2018, Johana détenait un emploi postdoctorale Mellon-Sawyer, financée par la Fondation Andrew W. Mellon. A ce poste, et en tant que membre d’une équipe interdisciplinaire, elle a co-organisé la série de séminaires Mellon-Sawyer tout au long de l’année académique. La série de séminaires sur l’après-guerre : commémoration, reconstruction et réconciliation s’est tenue conjointement au Oxford Research Center in the Humanities, à l’Université d’Oxford et à l’Université d’Oxford Brookes. Des publications basées sur la série de séminaires intitulée On Commemoration (éd. Gilbert et al., Oxford: Peter Lang) sont à paraître.

Page Web : www.johanawyss.com

CV

Formation

  • 2014-2008 : Université de Oxford, Royaume Unis, Doctorat d’anthropologie sociale et culturel
  • 2012-2013 : Université de Amsterdam, Pays-Bas, Master en Anthropologie social et culturel
  • 2008-2012 : Université de Aberdeen, Ecosse, Licence mention bien en Anthropologie et Sociologie

Publications

  • Wyss, J. (forthcoming 2020) Stones Do Not Forget: the Symbolic Struggle Between Forgetting and Being Forgotten. In: Gilbert, C. (Ed.) On Commemoration. Oxford: Petr Lang
  • Janak, D. and Wyss, J. (2018) ‘Ernest Gellner’s Habsburg Dilemma’. In Pepe, W. and Subrt, J. (eds.) Mitteleuropa denken: Intellektuelle, Identitäten und Ideen Der Kulturraum Mitteleuropa im 20. und 21. Jahrhundert [Thinking Central Europe: Intellectuals, Identities, and Ideas – The Cultural Space of Central Europe in the 20th and 21st Century]. Cologne: De Gruyter
  • JASO: Laura Pountney and Tomislav Marić, Introducing Anthropology: What Makes Us Human? Cambridge: Polity Press 2015, 330 pp. ISBN 9780745699783

Grants, bourses et prix

  • 2019/2021 Max Planck Society Scholarship
  • 2017/2018 Mellon-Sawyer Scholarship
  • 2015/2016 Scatcherd European Scholarship Award
  • 2015/2016 Peter Lienhardt and Philip Bagby Research Travel Grant

Co-organisation des journées d’étude

  • 19 mai 2018 : The Rest is Silence: Panel-Led Workshop, Oxford,
  • 28 Avril 2018 : Music and Memory: Panel-Led Workshop, Oxford.
  • 3 Mars 2018 : Gravestone: Panel-Led Workshop: Oxford
  • 21 Février 2018 : Museums and National Identity: Panel-Led Workshop, Oxford 
  • 11 Novembre 2017 : Conflict and Community: Panel-Led Workshop, Oxford
  • 21 Octobre 2017 : Poetry and Life-Writing: Panel-Led Workshop, Oxford,

Co-organisation des conférences

  • 18 Mai 2020 : Hegemonic Narratives, Oxford.
  • 26 Mai 2018 : Post-War: Remembrance, Recollection, Reconciliation, Oxford.
  • 10 Mars 2018 : Creativity and Commemoration, Oxford.

Communications (sélection)

  • 24 Novembre 2019 : Sujet: Fighting on the Wrong Side: a Case Study of Non-German Wehrmacht Soldiers and Their Commemoration, Conférence: 118th American Anthropology Association, Vancouver, Canada;
  • 23-25 Octobre 2019 : Sujet : Heritage of Silenced Memories, International Workshop: No Neighbors’ Land, Deutsches Historisches Institute Warschau and the Polish Academy of Science, Varsovie.
  • 12-13 Septembre 2019 : Sujet : Anthropology of Memory: Past and Future Trajectories, Conférence: Epistemologies of Memory, Kings College, London.
  • 10-11 Mai 2019 : Sujet : The Tourist Taste: Cooking Identity, Cultural Heritage, and Silesian-ness, Conférence: 20th Cambridge Heritage Symposium: Cooking Identities & Tasting Memories: The Heritage of Food, Cambridge Heritage Research Centre, Cambridge.
  • 27-28 Mars 2019 : Sujet : National History and Vernacular Memory, Conférence: 29th Annual ASEN Conference, Université d’Edinburgh, Edinburg.
  • 14-17 Aout 2018 Sujet : Remembering the Present, EASA Conférence: Staying, Moving, Settling, Université de Stockholm , Suède.
  • 11 Mai 2018 : Sujet : A Hundred Years of What?, Conférence: Czechoslovakia 100, The British Association for Slavonic and East European Studies, Université de Cardiff.
  • 27-28 Mars 2018 Sujet : Contemporary Czech Nationalism, Conférence: 28th Annual ASEN Conference, London School of Economics, Londres.
  • 14-16 Décembre 2017 sujet : Revenge, Silence, Guilt, Reconciliation?, Conférence: 2nd Memory Studies Association, Université de Copenhagen, Denmark.
  • 29 Novembre et 3 Décembre 2017 Sujet : Negotiating the Past and Forming the Future, Conférence: 116th American Anthropology Association, Marriott Hotel, Washington DC, Etats Unis.
  • 30 Septembre- 1er octobre 2016 Sujet : Performative Identity, Conférence: Ambiguity, Université de Charles, Tchèque République.
  • 20-23 Juillet 2016 Sujet : Negotiating the Past/Negotiating the Present, Conférence : Anthropological Legacies and Human Futures, Université de Milano-Bicocca.
  • 21-26 Septembre 2015 Sujet : Collective Amnesia as a Solution to Difficult Heritage, Conférence: Visual Anthropology and European Cultural Heritage, Université de Varsovie, Pologne.
  • 21-25 Juin 2015 Sujet : Silencing German Memories, Conférence: Utopias, Realities, Heritage: Ethnographies for the 21st Century, Université de Zagreb, Croatie.

Mátyás Erdélyi : Recherche et CV

Assurance, banque et modernité capitaliste dans la dernière monarchie des Habsbourg

Axe de recherche 1 :  Déplacements,  » Dépaysements  » et divergences 

Contact : matyas.erdelyi(@)cefres.cz

Mátyás Erdélyi explore l’histoire sociale et intellectuelle des clercs privés dans la monarchie disparue des Habsbourg : leur lutte pour la légitimation sociale, l’autorité intellectuelle et l’identité de classe moyenne entre les années 1860 et le début de la Première Guerre mondiale. Il étudie les pratiques bureaucratiques et la production de connaissances dans le domaine des banques et des assurances à Prague, Vienne et Budapest. Il examine en partiuclier la façon dont les agents, dans les prémices d’un environnement urbain capitaliste, ont négocié et renégocié les questions d’intérêt public et ont conduit à définir ce qui pouvait être qualifié de bien public. Il pose la question de savoir pourquoi et qui a donné un sens à des problèmes sociaux jusqu’alors inexistants, et comment les agents de l’économie privée ont essayé d’assurer et de monopoliser l’autorité sociale contre la concurrence des étrangers et des experts. La raison d’être de cette recherche est de fournir un récit alternatif au processus de modernisation et d’enrichir notre compréhension de la modernité capitaliste à travers l’histoire d’un groupe social marginalisé.

CV

Formation

2019 : Doctorat en histoire comparée à l’Université d’Europe centrale, Budapest
2012 : Master en histoire comparée à l’Université d’Europe centrale, Budapest
2010 : Master en sociologie à l’Université Eötvös Loránd, Budapest

Publications

  • “Quantifying Mortality in Hungary: Actuaries and Statisticians (1860s-1910s)” Histoire et Mesure XXXIII, no. 2 (2018): 115–138.
  • “Társadalmi mobilitás és iskoláztatás a századelő Magyarországán: Sátoraljaújhely iskolai piaca (1898–1915)” [Social mobility and Education in Fin-de-siècle Hungary: The Market of Elementary and Secondary Schooling in Sátoraljaújhely (1898-1915)]. In Iskola, művelődés, társadalom [Schooling, culture, society], Csaba Sasfi and János Ugrai, eds, 232–49. Budapest: Hajnalkör, 2017
  • “Crucial and local events in the long-term evolution of secondary schooling in Hungary (1867–1938),” InterDisciplines 7, no. 2, (2016): 95–124.
  • “Name Magyarization and Hungarianness: The Reception of Magyarized Names in the Dualist Period (1867-1919).” In Shifting Discourses on Central European Histories, Otčenášová Slávka and Csaba Zahorán, eds, 68–76. Budapest: Terra Recognita Foundation, 2015. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02196050v1
  • “A szabadság fogalma Sartre A lét és a semmi című munkájában”[The Concept of Liberty in Sartre’s Being and Nothingness], ELPIS 10. (2012): 72–99.

Maria Kokkinou : Recherche et CV

Mémoires des minorités vaincues dans l’Europe postimpériale

Axe de recherche 1 Déplacements, « dépaysements » et divergences. Personnes, connaissances et pratiques

Maria Kokkinou vient de terminer un doctorat en anthropologie sociale et ethnologie dans le laboratoire de recherche de l’IIAC (Institut Interdisciplinaire de l’Anthropologie du Contemporain) à l’EHESS à Paris. Au CEFRES, elle est chercheuse post-doctorante dans le cadre du projet TANDEM intitulé « L’Europe des ressentiments et des décombres : une confédération de vaincus ? »

Sa thèse de doctorat portait sur les réfugiés politiques de la guerre civile grecque (1946-1949) qui ont fui en Bulgarie. Ce travail visait, entre autres, à faire la lumière sur la vie de diverses catégories et générations de réfugiés (y compris ceux nés en exil), pour une période couvrant la guerre froide et les années 1990 et 2000. La recherche s’est appuyée sur une enquête ethnographique multi-sites menée en Grèce et en Bulgarie, et sur deux types de sources : les archives de l’Organisation démocratique pour la culture et l’éducation, la DOME, fondée en 1962 par les responsables du Parti communiste grec présents à Sofia, et des entretiens approfondis (récits de vie) menés sur trois générations : les réfugiés, leurs enfants et leurs petits-enfants.

Cependant, les réfugiés de la guerre civile ne sont pas le seul groupe de population déplacé dans l’histoire moderne de la Grèce et de la Turquie.  En 1923, à la suite de la signature du Traité de Lausanne qui a initié un échange de population entre la Grèce et la Turquie. La majorité des citoyens orthodoxes turcophones (environ 1,2 million de personnes) ont été déplacés de force vers la Grèce, groupe connu dans l’historiographie grecque sous le nom de « réfugiés d’Asie Mineure ». Inversement, les citoyens grecs musulmans (environ 500 000 personnes) ont été déplacés vers la Turquie. Les populations orthodoxes et musulmanes qui ont été échangées avaient déjà habité l’Empire ottoman et étaient restées sur ses terres fragmentées, même après sa dissolution et la création d’États-nations.

Même si le Traité de Lausanne a privé la majorité de ces populations de leur lieu d’origine, il n’a éradiqué ni l’élément orthodoxe en Turquie ni l’élément musulman en Grèce, où les descendants de ces groupes déplacés résident encore en tant que minorités religieuses. Comment les individus déplacés de ces deux pays ont-ils vécu leur déplacement forcé ? A quels souvenirs associent-ils leur lieu d’origine ? Qu’est-ce qui ressort lorsque les acteurs se souviennent de la période de leur coexistence ? S’agit-il de mémoire ou d’oubli ? Comment le déplacement forcé transforme-t-il la mémoire ? Comment ces « minorités » vivent-elles leur coexistence actuelle ?

En utilisant des données ethnographiques provenant d’observations in situ sur les lieux d’origine et de résidence des deux minorités, combinées à des documents d’archives, cette recherche tentera de cerner le rôle de la mémoire à travers l’expérience de populations déplacées dans deux zones , la Grèce et la Turquie, où les descendants de ces populations vivent encore.  L’objectif est de mettre en évidence la place de la mémoire et de l’oubli dans les situations de déplacement forcé, en établissant une approche comparative avec d’autres exemples de déplacements forcés inscrits dans des temps et des lieux différents. C’est pourquoi, tout au long de cette recherche post-doctorale et à différentes étapes de son développement, des ateliers de groupe avec la participation de chercheurs des deux institutions seront menés, tandis que l’achèvement de la recherche, ainsi que sa publication sous forme d’articles et d’ouvrages édités, seront présentés lors d’une conférence.

CV

Formation

2019 : Doctorat en Anthropologie sociale et Ethnologie, EHESS, Paris. Instituer l’attente : la DOMÉ et les réfugiés de la guerre civile grecque en Bulgarie (1949-2010). Directeur de thèse : Jean-François Gossiaux
2007 : Master en histoire et immigration, EHESS, Paris : L’asile politique en Grèce, 1975-2005. sous la direction de Nancy Green
2004 : Licence en anthropologie sociale et histoire, Université de la mer Égée, Grèce
1997 : Apolitirio, (Bacalauréat), Likio Astakou, Aitoloakarnania, Grèce

Recherches de terrain

Sept.-nov. 2019 : Enquête de terrain en ,action ECOS n°C17H01 financé par CONACYT.hile entretiens et recherches en archives. Terrain réalisé dans le cadre du programe ECOS-SUD
2009-2011 : Enquête de terrain en Grèce et en Bulgarie : entretiens et recherche aux Archives de l’histoire sociale contemporaine (ASKI) et à ЦЕНТРАЛЕН ДЪРЖАВЕН АРХИВ (ЦДА), Archives centrales nationales de Sofia

Publications
  • « Les réfugiés politiques de Grèce en Bulgarie après la fin de la Guerre Civile (1946-1949). A l’occasion d’un épisode de l’histoire grecque, une discussion sur le terme de réfugié», Revue Социологически проблеми, thématique МИГРАЦИИ И МОБИЛНОСТИ2012, n°1-2, pp.275-292.
  • « How many meters does it take to change a country? Identity, borders and Migration in a Greek Minority village of Albania », acte de la 3ème école d’été de Konitsa Balkan Border Crossings, LIT, 2014, p.215-232.
  • « Le rapport à la ‘patrie perdue’. Idéologies et mémoires de réfugiés politiques grecs en Bulgarie (1949-2010)», Asylon(s), Expériences migratoires et transmissions mémorielles, N°12, juillet 2014, http://www.reseau- terra.eu/article1317.html
  • « Meta tin Taskendi : ‘filoalvaniki ; zahariadiaki ke markiki andimetopi me tous ‘orthodoxous kommounistes ke to KKE sti Vulgaia » Arhiotaxio, O kosmos olos egine ano kato, N°18, novembre 2016 (en grec)
  • Traduction du livre de Maurice Godelier en grec, « Au fondement des sociétés humainesCe que nous apprend l’anthropologie ”, Albin Michel «Bibliothèque Idées», Paris, 2007 (en apparition en 2019)
Communications et séminaires
  • 2019 : « Leaving in order to not come back : The Greeks of Chili, prelimenary thoughts of fieldwork». Communication au colloque organisé sous le patronage d’IIAC-LAIOS (EHESS), de la Maison Française d’Oxford et du Latin America Center à Oxford, intitulé «Migrations in Latin America and the Mediterranean compared: Violence, State cruelty and (Un-) Institutional Resistance »
  • 2018 : « Des enfances extraordinaires : Itinéraires et expériences des enfants déplacés de la Guerre Civile Grecque en Bulgarie». Communication au Colloque organisé sous le patronage de ECO-SUD, EHESS et IIAC intitulé « Figures et déplacement de l’ ‘Étranger’ : Gestion des corps, usages des mots ».
  • 2018 : « Between Experience and Institution during the Cold War: The Refugees of the Greek Civil War (1946-1949) in Bulgaria », Communication at 23rd Annual World Convention of the Association for the Study of Nationalities (ASN), Columbia University, New York
  • 2017 : «The Institutionalization of the Greek civil war refugeesness in Bulgaria. Past and Present.Communication au 9th International graduate student conference in Modern Greek studies : « Work in Progress : new approaches » in SEEGER Center for Hellenic Studies, Princeton University, USA.
  • 2016 : «Les réfugiés communistes en exil en Bulgarie au prisme de l’autobiographie » communication au séminaire Les sociétés sud-est européennes des XIXe-XXIe siècles au prisme des trajectoires individuelles de Nathalie CLAYER, directrice d’études de l’EHESS, directrice de recherche au CNRS (CETOBaC) et Xavier BOUGAREL chargé de recherche au CNRS ( CETOBaC ).
  • 2015 : « Après 1989 : Les Balkans dans le temps et dans l’espace » communication collective avec l’Atelier Balkans, 11ème Congrès International de l’Association International d’Études du Sud-Est Européen (AIESEE), Sofia, Bulgarie.
  • 2013 : « Instituer l’attente d’une vie à venir: le cas de DOME des réfugiés politiques de la guerre civile grecque en Bulgarie (1949-2010) », Atelier Jeunes Chercheurs de l’École Française d’Athènes (EFA), Athènes, Grèce.
  • 2009 : «The adventures of the term ‘Political Refugees’ in the Greek Legislation Concerning the Political Asylum (1975- 2005) »7th International Graduate and Undergraduate Student Conference de Border Crossing Network Balkans «The local, the national and the global-anthropological Perspectives», Plovdiv, Bulgarie.
  • 2008 : «Transformation historique de la notion de ‘réfugié’ politique en Grèce (1975 -2005) L’exemple des réfugiés politiques turcs », Conférence de l’AISLF « Être en Société, Le Lien Social à l’épreuve des cultures», Istanbul, Turquie.
  • Stage de formation au Centre National de Recherches Sociales, de l’Académie d’Athènes, administré par le département d’Anthropologie de l’Université d’Égée.

Naïs Virenque : Recherche et CV

La pensée diagrammatique au Moyen Âge et à l’époque moderne

Axe de recherche 1 – Déplacements, dépaysements et décalages : hommes, savoirs et pratiques

Ses recherches portent sur la production, la diffusion et les caractéristiques formelles et figuratives des diagrammes dans les contextes scolaires, universitaires, scientifiques et dévotionnels au Moyen Âge et à la Renaissance. En prenant appui sur les méthodes de l’histoire sociale et culturelle, de l’histoire des sciences et des techniques ainsi que des visual studies, elle s’interroge sur le rôle pédagogique, propédeutique, mnémotechnique et cognitif que les diagrammes jouent dans la formation de la pensée européenne.

Thèmes de recherche
  • Art de la mémoire, théories et pratiques mnémotechniques de l’Antiquité à nos jours
  • Images, schémas, diagrammes en arbre ou en arborescence
  • Iconologie comparée (aires latines, slaves, arabes et gréco-byzantines)
  • Culture visuelle des savoirs au Moyen Âge et à la Renaissance
  • Histoire de l’image médiévale et moderne
  • Histoire de la peinture italienne
  • Histoire des sciences, des savoirs et des techniques au Moyen Âge et à la Renaissance
  • Études visuelles
  • Codicologie

CV

Formation

2020 : Chercheur associé au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (UMR 7323), Tours
2019 : Doctorat d’Histoire de l’Art médiéval et moderne (Université de Tours)
2013 : Master 2 Renaissance – Genèse de l’Europe moderne (Université de Tours) et Master Histoire des Sciences, Technologies, Sociétés (EHESS Paris)
2012 : Master 1 Renaissance (Université de Tours) et Master 1 Philosophie et Critiques contemporaines de la Culture (Université Paris 8)
2011 : Licence d’Histoire de l’Art (Université Lyon 2) et Licence d’Histoire (Université Lyon 3)

Communications et publications

  • « Dendrites’ and preachers’ trees: a literary and iconographic study of mnemonic imageries », in Spiritual Vegetation: Vegetal Nature in Religious Contexts Across Medieval and Early Modern Europe, Guita Lamsechi et Beatrice Trînca (dir.), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, à paraître (2020).
  • « « Percutere aninum« . La percussion, un ressort mnémotechnique dans les rhétoriques grecque et latine », in Pallas. Revue d’études antiques, 112, 1, à paraître (premier trimestre 2021).
  • « Mémoriser dans la chambre de l’âme : la chambre dans la méditation et l’imaginaire mnémotechniques au Moyen Âge », à paraître.
  • « Mémoriser les vices et les péchés : démons, créatures démoniaques et arbres classificateurs à la fin du Moyen Âge », in Diabolus in littera : la parole démoniaque au Moyen Âge et à l’époque moderne en France et en Espagne, Catherine Nicolas et Fabrice Quero (dir.), Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, à paraître (début 2021).
  • « Matérialiser la mémoire. Opérativité et efficacité mnémotechniques des structures arborescentes au Moyen Âge et à la Renaissance », in Matérialités et raisonnements, Françoise Briegel et Jean-Paul Bert (dir.), à paraître.
  • « « Ars æmula memoriae ». Les structures arborescentes, des outils rhétoriques dans la querelle du cicéronianisme », in Zeuxis redivivus. Art et émulation dans l’Europe du xive au xviie siècle, Ralph Dekoninck, Laure Fagnart et Mathilde Bert (dir.), Presses universitaires François Rabelais, à paraître (2021).
  • « Apulian Trees and the Democritean Tradition of the Art of Memory: at the crossroads of Latin and Graeco-Byzantine Rhetorics in the 14th Century Franciscan Culture », in The Surrounding Forest: Structuring Knowledge with Trees at the Time of the European Middle Ages, Michael D. J. Bintley et Pippa Salonius (dir.), Woodbridge, Boydell & Brewer Ltd., à paraître (2021 ou début 2022).
  • « D’une pensée à un art de la mémoire. Philosophie, rhétorique et médecine dans la mnémonique des présocratiques aux premiers chrétiens », in Il pleut sur Nantes. Colloque de philosophie sur la mémoire, Éric Delassus et Sylvie Lopez-Jacob (dir.), Paris, L’Harmattan, à paraître.
  • « Mémoriser des divisiones et des distinctiones par une structure arborescente : schémas, diagrammes et délinéations graphiques au Moyen Âge », in Thallos. Journal of Tree Studies, Antoine Paris, Sergi Sancho Fibla et Naïs Virenque (dir.), à paraître (2021).
  • « Les Arbores significantes beatitudinum ordines de Lambert de Saint-Omer : configuration et mnémotechnique d’un outil exégétique tabulaire et arborescent », in Thallos. Journal of Tree Studies, Antoine Paris, Sergi Sancho Fibla et Naïs Virenque (dir.), à paraître (2021).
  • « L’art de la mémoire au prisme de la méthode. De la nouveauté à l’imposture, histoire d’une pratique codifiée à l’époque moderne », in Produire du nouveau ?, Jérôme Baudry, Jan Blanc, Liliane Hilaire-Pérez, Marc Ratcliff, Sylvain Wenger (dir.), Éditions du CNRS, à paraître (automne 2020 ?).
  • « Une mnémotechnique de l’arbre anthropomorphique ? L’art de la mémoire et le corps dans les structures arborescentes au Moyen Âge et à la Renaissance », in Thallos. Journal of Tree Studies, Antoine Paris, Sergi Sancho Fibla et Naïs Virenque (dir.), à paraître (2022).
  • « « Un arbore da dio è piantato / Lo quale amore è nominato » : l’arbre, garant mnémotechnique de la foi dans la peinture italienne des ordres mendiants aux xive et xve siècles », in Mnémonique et poétique. La figure et son lieu dans la peinture de la première Renaissance, Anne-Laure Imbert (dir.), Paris, Éditions de la Sorbonne, à paraître (fin 2020).
  • « Qui est celui qui apprend ? Figures de l’étudiant dans les traités d’art de la mémoire au Moyen Âge et à la Renaissance », in Motifs, 3, 2019, p. 19-28.
  • « Figurations visuelles du sonore et art de la mémoire dans les images d’arborescences à la charnière entre Moyen Âge et Renaissance », in Les figurations visuelles de la parole, du son musical et du bruit, de l’Antiquité à la Renaissance. Actes du colloque de Chartres (11-13 juin 2015), Sébastien Biay, Frédéric Billiet, Fabien Guilloux et Isabelle Marchesin, Paris, Sorbonne Université Presses-Institut de Recherche en Musicologie, à paraître (2020).
  • « Localiser et préserver la mémoire dans le cerveau. Rhétorique et médecine dans la mnémonique médiévale à partir du Tractatus […] de memoria de Matheolus Perusinus », in L’énigme de la mémoire. Études pluridisciplinaires, Fabienne Boissiéras and Régine Jomand-Baudry (dir.), Éditions du CNRS, Paris, 2019, p. 91-106.
  • « Art de la mémoire et voyage mental. Le motif iconographique de l’arbre comme invitation au voyage », in Itinérances spirituelles : mises en récit du voyage intérieur (xve-xviiie siècle), Françoise Poulet et Inès Kirschleger (dir.), Paris, Champion, à paraître (2020).
  • « « De la mémoire à la rhétorique« .Les arts de la mémoire à la charnière entre Moyen Âge et Renaissance », in Transitions historiques, Christel Müller and Monica Heintz (dir.), Paris, Éditions de Boccard, 2016, p. 109-124.

Activité éditoriale

Création, coordination et édition de la revue du projet « Trames arborescentes » : Thallos. Journal of Tree Studies (premier numéro à paraître en septembre 2020)

Organisation d’évènements scientifiques (sélection)

En cours : co-organisatrice du groupe de recherche international « Poétiques de la Nuit. Night Studies de l’Antiquité à l’époque moderne »

2015-en cours : organisatrice du projet de recherche international « Trames arborescentes. Modalités, caractéristiques et efficacité de dispositifs organisationnels en arbre ou en arborescence »

Enseignement

  • 2016-2017 et 2018-2019 : Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche (Université Lyon 3)
  • 2014-2016 : Doctorante Contractuelle avec Activité Complémentaire d’Enseignement (Université de Tours)