Virginie Vaté : recherche & CV

Virginie Vaté est chargée de recherches au Centre National de la Recherche Scientifique (C.N.R.S) et membre du GSRL (Groupe “Sociétés, Religions, Laïcités” UMR 8582). Depuis février 2018 elle participe au projet Tandem du CEFRES, intitulé “Bewildering Boar: Changing Cosmopolitics of the Hunt in Europe and Beyond”.

Virginie Vaté a soutenu sa thèse au département d’ethnologie et sociologie comparative de l’Université Paris X Nanterre en 2003. En 2003 et de 2004 à 2007, elle est chercheur à l’Institut Max Planck d’anthropologie sociale de Halle, en Allemagne, auquel elle demeure associée (département « Intégration et Conflit »). En 2004, elle a reçu une bourse postdoctorale de la Fondation Fyssen qui lui a permis de prendre part aux activités du CIERA (Centre Interuniversitaire d’Etudes et de Recherches Autochtones) de l’Université Laval-Québec (Canada). En 2009, elle s’est vue attribuer la médaille de bronze du C.N.R.S.

Elle a participé à de nombreux projets de recherches nationaux et internationaux. Parmi les plus récents, on peut mentionner le projet “Orthodox Christianity and Indigenous People in
Contemporary Alaska and Chukotka” (OCIP, 2015-2018), réalisé en collaboration avec Marie-Amélie Salabelle avec le soutien de l’Institut Paul-Emile Victor (IPEV) et dont elle est responsable.

Virginie Vaté a consacré ses recherches à l’exploration du religieux dans la région du Détroit de Béring (en Tchoukotka, Russie et en Alaska, Etats-Unis). Dans sa thèse, elle a abordé de façon croisée la thématique du genre et celle de la relation à la ‘nature’, en analysant les rituels des Tchouktches éleveurs de rennes et chasseurs de mammifères marins (Russie). Par la suite, ses recherches ont porté sur la conversion au christianisme, accordant une attention particulière à la façon dont le christianisme devenait pour les autochtones d’Alaska (Etats-Unis) un moyen pour nouer ou renouer des relations avec les autochtones de Tchoukotka (Russie) (dans le cadre de l’A.N.R. Mystou dirigée par C. Pons). Plus récemment, le projet OCIP a pour but d’analyser dans une perspective comparative la relation que les autochtones d’Alaska et ceux de Tchoukotka entretiennent avec le christianisme orthodoxe. Les derniers terrains de V. Vaté ont eu lieu à Kodiak, Alaska (2015, 2016, 2017).

Le projet “Bewildering Boar” conduit V. Vaté à se pencher à nouveau sur la question des relations humains-animaux, mais dans un contexte différent. Elle a pour objectif de documenter et d’analyser les pratiques, les savoirs et les discours entourant le sanglier en Bourgogne. Elle souhaite accorder une attention particulière aux situations dans lesquelles le sanglier se trouve aux cœur de multiples controverses, faisant émerger des tensions et des dissonances entre une variété d’acteurs incluant agriculteurs, chasseurs, écologistes, responsables de communes et dirigeants politiques – ces catégories n’étant en aucun cas mutuellement exclusives. Pour explorer les pratiques et les débats concernant la gestion de la faune sauvage et les relations que les humains entretiennent avec les animaux d’une façon plus générale, le sanglier constitue un cas d’étude particulièrement stimulant, provoquant des débats passionnés fréquemment relayés dans les médias.

CV

Diplômes

2003 : Doctorat en Ethnologie de l’Université Paris X Nanterre

1996 : D.E.A. d’Ethnologie et Sociologie Comparative

1995 : Maîtrise d’Ethnologie et Sociologie Comparative

1993 : Licence Langues et Civilisations Étrangères (LCE) Russe

1991 : DEUG Langues et Civilisations Etrangères (LCE) Anglais et Russe

Sélection de publications, à partir de 2009
Direction d’ouvrages (publication à comité de lecture)

2013 (et 2015) Co-éditeur avec D. G. Anderson et R. P. Wishart de About the Hearth. Perspectives on the Home, Hearth and Household in the Circumpolar North, New York & Oxford, Berghahn, 324 p.

Direction de numéro spécial (revue internationale sans comité de lecture)

2010 Editeur invité (avec J.O. Habeck et O. Povoroznyuk) de Gender Shift in the Russian North, numéro spécial de la revue en ligne Anthropology of East Europe Review, 28 (2).

Article (revue avec comité de lecture)

2013 (avec P. Plattet et T. Wendling), « La prise du don. Jeux rituels et prix dans le Nord-Est sibérien », K. Buffetrille, Jean-Luc Lambert, Nathalie Luca, et Anne de Sales (eds). In: D’une anthropologie du chamanisme vers une anthropologie du croire. Hommage à l’œuvre de Roberte Hamayon, numéro hors série des Etudes Mongoles, Sibériennes, Centrasiatiques et Tibétaines, p. 483-514.

Chapitres de livres (publication à comité de lecture)

2013 « Building a Home for the Hearth: An Analysis of a Chukchi Reindeer Herding Ritual », In: D.G. Anderson, R.P. Wishart et V. Vaté (dir.), About the Hearth. Perspectives on the Home, Hearth and Household in the Circumpolar North, New York & Oxford, Berghahn, p. 183-199.

2011 (avec G. Diachkova) « From Collective Enthusiasm to Individual Self-Realization: History and Life Experiences of the House of Culture of Anadyr’ (Chukotka) », In : B. Donahoe & J.O. Habeck (dir.), Reconstructing the House of Culture: Community, Self, and the Makings of Culture in Russia and Beyond, New York & Oxford, Berghahn, p. 29-54.

2011 (avec B. Donahoe, J.O. Habeck, A. Halemba, K. Istomin, I. Santha) « Research Design and Methodology of the Comparative Research Project « The Social Significance of the House of Culture » », In: B. Donahoe & J.O. Habeck (dir.), Reconstructing the House of Culture: Community, Self, and the Makings of Culture in Russia and Beyond, New York & Oxford, Berghahn, p. 277-291.

2011 “Dwelling in the Landscape among the Reindeer Chukchis”, in P. Jordan (dir.), Landscape and Culture in Northern Eurasia, Walnut Creek, CA, Left Coast Press, p. 135-160.

2009 “Redefining Chukchi Practices in Contexts of Conversion to Pentecostalism (Russian North)”, in Mathijs Pelkmans (dir.), Christian Conversion after Socialism: Disruptions, Modernisms and Technologies of Faith, New York & Oxford, Berghahn, p. 39-57.

Chapitre de livre

2013 « Epilogue. L’enfer, c’est les autres? Distance, relation à autrui et à Jésus des convertis au protestantisme évangélique », C. Pons (dir.), Jésus, moi et les autres. La construction collective d’une relation personnelle à Jésus dans les Églises évangéliques : Europe, Océanie, Maghreb, Paris, CNRS éditions, p. 259-271.

Discussion parue dans une revue à comité de lecture

2017 Participation au « Forum: Religion, Anthropology and the « Anthropology of Religion » (1) », Antropologicheskij forum, 34 [une version en anglais et une version en russe, p. 59-68].

Facebooktwittergoogle_pluslinkedin